Il pleut. Ça a commencé hier soir. Donc toute la neige que nous avons eu mercredi est partie. 

Pluie

 

Mercredi soir pour rentrer du travail j’en ai eu pour 1 heure de trajet. Fidèle à mon entre 20km/h et 30km/h quand les routes sont mauvaises, j’ai eu droit à un dépassement d’une voiture que j’ai retrouvé dans le ravin 1 km plus loin. J’ai ris……

Neige

Ça glissait terriblement, pneus neige ou non, la prudence était de mise ce soir-là. Mais bon, c’est déjà fini, aujourd’hui il pleut des cordes. Moi qui avais prévu d’aller marcher un peu, je ne sais pas si je vais arriver à maintenir mon objectif du jour. 

 

Ma semaine a été entre deux, ni bonne, ni mauvaise. Je me demande si ça n’a pas un lien avec mon état d’esprit actuel. Je ne vais ni bien, ni mal. Je n’ai pas d’avis sur mon d’état d’esprit actuel. C’est comme si, ces temps, c’était un peu vide. Je rempli, je fais des choses, j’ai pas l’impression d’être plus fatiguée que d’habitude, je ne suis pas malade….. 

 

C’est une période bizarre qui a commencé au début de mes vacances en novembre, avec le départ au paradis des chats de ma petite Baghi. J’ai ressenti un énorme vide. 

 

Ça a continué pendant les fêtes, qui, comme toujours, ont été gâchés par une mère complètement folle. Ça ne m’a pas touché outre mesure, c’est chaque année comme ça depuis longtemps. Mais cette fois je suis restée perplexe devant autant d’aberration, de manipulation et de mauvaise foi. Sur la demande de mon frère j’avais tout organisé chez moi, pour éviter qu’elle soit submergée de travail et qu’elle soit stressée par la situation. Mais ça n’a pas suffi, je saurai pour une prochaine fois.  

Perplexité

J’ai appris quelque chose, il ne faut jamais aller à l’encontre de ce qu’on ressent. Il y a toujours du positif, dans chaque situation. Je ne le sentais pas ce truc, je l’ai fait pour faire plaisir à mon frère et pour ne pas être rabat-joie. La prochaine fois je ne ferai plaisir qu’à moi-même et je serai rabat-joie. 

 

En novembre j’ai aussi eu une première fois, ma première gastro et colonoscopie. Je voyais ça comme un truc pas très confortable, mais en fait ça a très bien été. 

gastroscopie

 

Préparation 5 jours avant au niveau alimentaire. Aucune fibre, pas de petites graines etc etc. Le jour avant régime liquide. J’avais peur d’avoir faim, mais pas du tout. Le truc un peu moins glamour était le produit qu’il faut prendre à quelques heures d’intervalle et qui nous fait aux toilettes. 

Le jour J rester à jeun.

 

J’ai très bien été pris en charge. Des infirmières très gentilles, qui m’ont expliqué la procédure, des médecins très bien qui m’ont bien expliqué ce qu’ils avaient trouvé. 

 

Il y a juste eu 2 trucs : Le premier c’est qu’on m’injecte, pour commencer, de la Morphine (apparemment c’est pour éviter la douleur) juste avant de me mettre un truc dans la bouche qui s’accroche derrière la tête pour pouvoir passer le tuyau de la gastroscopie. 

Juste après on m’injecte le Propofol pour m’endormir. 

 

Mais entre ces 2 actes j’ai une idée qui me vient à l’esprit.

Je vois ce truc pour faire ouvrir la bouche de loin et je me dis : c’est comme chez les sado-masos, ces boules qu’ils se mettent dans la bouche (je ne connais pas du tout l’utilité et le but recherché de ces objets) 

Résultat : je me réveille en rigolant, l’infirmière et le médecin me regardent d’un air un peu interloqué. Je n’ai pas osé leur dire……

Boule sado maso

 

En sortant j’ai eu droit à un café et un sandwich. J’ai trouvé ça très sympa de leur part. Mais j’ai fait une assez grande réaction aux produits qu’ils m’ont injectés. Je tremblais de partout, donc ils ont dû me garder un peu plus longtemps. Mais à part ça, c’était une bonne expérience. 

 

Bon, le temps passe, il pleut toujours. M’en vais à mes occupations dominicales…..