J’ai toujours dit que les évènements les plus difficiles pour moi ont été le départ de mes animaux de compagnie. Les laisser partir pour soit le paradis des chats, soit pour une autre vie a toujours été un déchirement pour moi.

C’est aussi un changement dans ma vie. A chaque départ d’un animal la configuration familiale change et ceux qui restent, moi y compris,  doivent retrouver une nouvelle place dans cette configuration.

 

Nous, Moustique, Baghi et moi nous nous retrouvons de nouveau à un de ces points charnière, ou notre vie va être remodelée, va être réorganisée.

 

Ce matin j’ai du prendre la décision de laisser partir Horatio pour le paradis des chats, décision tellement difficile à prendre, même si on sait que c’est pour le bien de l’animal.

 

Horatio 1

 

Nous avons passé une semaine très intense, Horatio et moi. J’avais beaucoup de chance, car cette semaine je ne travaillais pas beaucoup, donc j’ai vraiment passé chaque instant possible avec lui.

 

Horatio et moi c’est une histoire d’amour qui a commencé le premier jour ou je l’ai vu à la SPA, début avril 2006. Il avait déjà 2 ans à l’époque et il avait été abandonné avec sa sœur. Encore aujourd’hui je ne comprends pas comment on ait pu abandonner un chat aussi attachant qu’Horatio.

 

Mais en faite, heureusement pour moi, car j’ai pu l’adopter.

 

Horatio m’a choisi, j’en suis convaincue. Je m’en souviens encore, on était dans les box pour chats à cette SPA et j’entendais gratter derrière une porte. C’était Horatio. Cette habitude de gratter dès qu’une porte était fermée il ne l’a jamais perdue. Même la porte de la cabine de douche je devais toujours la laisser ouverte, car il grattait dès qu’elle était fermée.

 

Horatio était un chat d’appartement. Il aimait aller faire son petit tour, mais jamais très longtemps et surtout jamais très loin de la maison. Il vivait complètement à mon rythme, m’attendais derrière la porte quand j’arrivais, était au pieds du lit quand je me levais, se couchait à côté de moi devant la télé. Avec les années il devenait de plus en plus proche de moi, passait beaucoup de temps sur mes genoux.

 

Le pon de l'arc en ciel

 

C’était aussi le pilier des 2 autres. Moustique et Baghi sont arrivés après lui et j’ai toujours été incroyablement surprise comme il s’occupait des petits, des derniers arrivés. Il s’entendait avec tout le monde et acceptait tout le monde.

 

Son dernier été il l’a passé sur la terrasse. Qu’est ce qu’il aimait ce endroit. Je lui avais préparé un petit coin à côté du basilic ou il a vraiment passé tout son temps.

 

Cette dernière semaine on s’est donné beaucoup de peine, autant l’un que l’autre. On a eu beaucoup de chance car le soleil était de la partie, il a fait beau toute la semaine.

 

Il s’est prélassé au soleil, je l’ai beaucoup câliné, je lui ai beaucoup parlé. Je lui ai fait ses perfusions et je lui ai donné à manger tout ce qu’il voulait. Malheureusement, même s’il avait tellement envie de manger, il n’y arrivait plus.

 

Dans tout ça j’ai été tellement heureuse de pouvoir l’accompagner de cette manière là. Oui, j’ai fait des soins palliatifs à la maison, et j’ai été heureuse de pouvoir le faire.

Horatio a été très reconnaissant envers moi, je l’ai senti, je l’ai vu. Il a fait ce qu’il a pu, il a vraiment essayé d’aller mieux. Il s’est vraiment donné beaucoup de peine.

 

Tout au long de cette démarche j’ai été accompagnée par la véto et son équipe ou je vais depuis 10 ans. Cette femme est vraiment extraordinaire, elle m’a guidé tout au long de cette aventure avec tout son savoir, son empathie et son amour pour les animaux.

 

Ce matin Horatio s’est endormi dans mes bras. Je l’ai bercé, je l’ai embrassé, je l’ai câliné. Je lui ai dit que je l’aimais, je lui ai dit qu’il serait toujours avec nous.

 

Horatio a été mon fidèle compagnon pendant passé 10 ans. Il a supporté mes humeurs, mes absences. Il n’a jamais été fâché avec moi et quand il faisait une bêtise et que je le grondais il partait et revenait quand la tempête était calmée. Il ne m’a jamais tenu rigueur de quoi que ce soit.

 

Ces 2 dernières années ma raison de rentrer à la maison le soir c’était lui. C’est lui qui avait besoin de moi, je devais lui donner des médicaments et des soins spécifiques, je devais vraiment prendre soin de lui. Quand j’étais absente j’étais en souci pour lui……

 

Et maintenant ? Je vais devoir retrouver une nouvelle raison pour rentrer à la maison le soir…..