Semaine épouvantable au travail ou je n’ai fait que de m’énerver.

 

Je cherche un nouveau job depuis plusieurs mois que je ne trouve pas.

 

Le marché est à la recherche de ASCC (assistante en soins et santé communautaire) le bas de gamme de l’infirmière. Elles font presque la même chose que nous, mais ne coutent que la moitié que nous. Donc  pour un employeur le choix est vite fait. L’employeur n’a pas besoin de gens qui réfléchissent, mais de gens qui exécutent. L’ASCC le fait très bien. Elle exécute sans se poser de questions.

 

ASCC 1

 

L’ASCC est une nouvelle sorte de soignante  qui à été crée il y a pas tout à fait 10 ans dans un but d’économiser.

 

La santé coûte très cher. Comme ils ne peuvent pas économiser sur le nombre de soignants engagés, ils doivent économiser sur la qualité des soignants engagés. Pour le prix de 5 infirmières, ils engagent 10 ASCC.

Nos gérants d’hôpitaux et de la santé s’en foutent de la qualité, ce qui est important c’est l’économie.

Comme ça, l’argent gagné en économisant sur les infirmières ils peuvent le dépenser dans des nouveaux appareils de diagnostic que le médecin radiologue exige et pour palier au manque d’expérience de nos jeunes docteurs.

 

Infrimières

 

Dans ma ville de Fribourg il y a 5 endroits ou on peut faire des scanners dans un rayon de 2 km. Et je suis certaine que dans ces endroits il n’y a pas seulement un appareil pour faire des scanners, mais plusieurs.

 

Non, non alors, on ne lésine pas sur les moyens pour poser un diagnostic. Evidemment, le médecin ne sait plus se baser sur une simple auscultation pulmonaire pour détecter un problème. Il lui faut une prise de sang, une radio et si ça ne suffit pas, un scanner.

Ils ne savent plus manipuler un genou pour détecter un problème de ménisque. Non, il faut une IRM.

 

Donc tout ça coûte. Et s’il faut acheter d’un côté, il faut économiser de l’autre.

Ca fait 30 ans que je travaille dans les soins. Jamais, mais vraiment jamais j’aurai imaginé que ça puisse se dégrader de la sorte.

 

Scanner

 

Aujourd’hui je déteste ce que je fais à l’armée suisse, c’est du pipeau et du non sens.

Le seul avantage que j’ai c’est que j’ai des horaires de bureau et que je fais comme je veux (pas toujours, mais souvent).

 

Je me suis toujours dit que le jour ou j’en ai marre d’un endroit je change et c’est ce que j’ai toujours fait. Je n’ai jamais travaillé plus de 4 ans dans un endroit.

 

Aujourd’hui je ne peux plus faire comme ça. Le marché a changé et certainement pas en ma faveur.

 

Encore jusqu’à ma retraite faire ce que je fais aujourd’hui ? Ca certainement pas.

 

Va falloir que je trouve une solution.