Le sujet duquel je voulais parler c’est la remise des Césars. On remet des Césars aux meilleurs films, aux meilleurs acteurs / actrices, aux plus belles femmes et hommes de la planète.

 

J’ai donc décidé que j’allais attribuer des Césars au meilleur et au plus mauvais médecin avec qui j’ai travaillé en 2013.

 

Je vais faire de même avec les soldats qui me soutiennent dans mon travail.

 

Comme vous le savez, je n’ai pas le choix de mes collaborateurs. Ils me sont attribués et je dois faire avec. Il y a les très bons (ils sont rare), les moyens (ils sont très fréquents) et les mauvais. Les mauvais, en principe, sont vraiment très mauvais.

 

Les critères d’évaluation sont la connaissance, la mise en pratique de la connaissance (il ne suffit pas de savoir, mais il faut aussi avoir la capacité de traduire cette connaissance en quelque chose de praticable) la collaboration, l’autonomie.

 

Commençons par les médecins.

 

Trophée

 

Pour 2013, le Césars du meilleur médecin de l’année va incontestablement à Valentin. J’avais déjà parlé de Valentin. Il était vraiment exceptionnel. Compétant, se posant les bonnes questions, sachant se mettre à la place de l’autre.

Valentin, quand il ne savait pas, demandait. A moi, au médecin chef. Il avait un dynamisme incroyable. Le service marchait.

En plus il était drôle et beau garçon.

C’est quelqu’un que j’ai beaucoup admiré dans sa façon de travailler. Pour un si jeune âge, avoir de telles compétences médicales et sociales, ça m’avait bouché un coin.

 

Un autre, qui était dans la même lignée que Valentin, c’est Charles. Extraordinaire ce type.

Charles était très compétent, dans tous les domaines. Un truc qu’il avait en plus que Valentin, c’était l’humour. Je crois que je n’ai jamais autant ris pendant mon travail qu’avec lui. Il s’essoufflait un peu plus vite que Valentin, mais son humour faisait la balance.

Franchement, avec Charles, je me suis bidonnée. Et la collaboration était juste parfaite.

 

Trophée 1

 

Passons aux Césars du plus mauvais médecin de l’année 2013.

 

Le moins pire était David. David est un gentil garçon, mais qui ne prend aucune décision, parce qu’il ne sait pas. Ce n’est pas grave de ne pas savoir, mais quand on ne sait pas, on demande. Ce qu’il ne faisait pas. Donc les patients étaient mal traités, parce que les diagnostiques étaient mal posés. Résultats : J’ai vu les mêmes patients défiler dans mon service pendant 3 semaines, avec les mêmes plaintes, les mêmes maux, les mêmes soucis. Il a fallu que David finisse son cours de répétition, qu’un autre médecin arrive pour que ces gens soient traités correctement.

Mais David était un bon type, donc je n’ai pas pu lui en vouloir. La peur de se tromper faisait qu’il ne prenait aucune décision.

 

Toujours dans les mauvais il y a eu Jérôme. Alors Jérôme a été un détestable. Manipulateur comme pas deux en était super sympa avec les infirmières. Donc on ne s’en aperçoit pas tout de suite.

Il travaillait extrêmement mal. Le problème est qu’il s’en foutait complètement, mais vraiment. Donc il envoyait les patients sur les roses, était arrogant et insensible à la détresse de nos jeunes recrues.

Ce gars travaille comme Gynécologue sur Neuchâtel. Mesdames, si vous me lisez, n’allez pas chez lui. Il n’a pas les compétences sociales requises pour être un bon médecin.

 

Mais le palmarès des Césars du plus mauvais médecin que j’ai eu en 2013 (que je supporte depuis octobre 2013 et qui est là encore pendant 2 semaines) est incontestablement Lukas.

 

Trophée 2

 

Ce type est un jeune garçon de 25 ans. Il sort de 6 ans d’études de médecine, donc un tout frais.

Moi quand j’avais terminé mes études d’infirmières, je m’en souviens très bien, j’avais la connaissance, mais je n’avais pas l’expérience.

Lui c’est pareil. Il a les connaissances, mais il n’a pas l’expérience. Mais il croit avoir l’expérience. Donc c’est connerie sur connerie.

 

Si c’était seulement à un niveau médical qu’il faisait des conneries, ça me serait égal. Je ne suis pas responsable au niveau médical, c’est notre médecin chef qui l’est. Même si je dois avouer que certains jours mes cheveux se dressent sur la tête, quand je vois les conneries qu’il fait.

 

Lukas veut tout gérer, tout faire. Le problème c’est qu’il veut tout gérer et tout faire à sa façon. Et c’est là ou il est complètement à côté de ses pompes. Comme il ne connaît pas les rouages du service, les personnes qu’il faut appeler, il fait tout faux. Donc il faut tout rattraper.

 

Ca serait pas très grave s’il se remettait en question et qu’il me respecterait en tant que personne intégrante du service. Le problème le plus grave est qu’il est extrêmement irrespectueux.

 

Donc j’ai décidé de le laisser dans sa panade. Quand il va trop loin j’appelle le médecin chef et je règle le problème avec lui. Pour le reste je le laisse se dépatouiller. Quand il me pose une question, je lui dis que je ne sais pas ou que je n’ai pas ce dont il a besoin.

 

Ma devise : qu’il se démerde…… 

 

Voilà pour les médecins. C’est comme partout, il y a les bons et les moins bons……