Donc ce matin séance dramatique à 07h00 tapante Non, je dois dire à 06h57. A l’armée on n’est jamais en retard, toujours en avance. Même moi pour une fois. Pas parce que le sujet me passionne particulièrement, mais plutôt parce que j’ai honte d’arriver en retard devant tout ce monde.

 

Poya2

 

Nous étions une bonne 50ène. Tous les cadres professionnels de l’école de recrue, les contractuels (ce sont des militaires engagés par l’armée pour une durée de 5 ans), le postier qui fait partie d’un truc spécial que je n’ai jamais compris et les civils. Dans les civils il y a des instructeurs qui appartiennent à l’école de recrue et moi qui fait partie d’un autre secteur. Donc je n’appartiens pas à l’école de recrue.

De toute façon, entre nous, je n’appartiens qu’à moi – même.

 

La mine grave, sérieuse, une grande ponte de Berne commence son discours. Je ne veux pas critiquer ce Monsieur, parce que c’est quelqu’un que je connais et que j’ai toujours apprécié. C’est vraiment un type bien. Le pauvre, ils l’envoient au casse – pipe…..Honnêtement je n’aurai pas voulu être à sa place.

 

Poya3

Il a quand même été gentil, car il nous a dit que toutes ces fermetures de casernes (on n’est pas la seule) sont liées uniquement au fait que l’armée suisse doit faire des économies.

C’est le moment qu’ils pensent à l’argent du contribuable……

 

Donc après le blabla habituel d’explications ou je ne comprends pas toujours tout, on arrive enfin au paragraphe qui m’intéresse.

 

L’école de recrue va partir dans une autre caserne, toujours en suisse romande. Donc tous les gens qui travaillent pour cette école de recrue partent avec l’école. Ce qui me semble logique.

 

Les seuls et uniques qui ne partent pas avec l’école de recrue sont :

Le postier.

Le personnel de l’intendance, mais là c’est normal, ils ne sont pas engagés par la confédération, mais par le canton, donc c’est le canton qui va les placer à quelque part.

Et moi. (Et ma collègue, mais d’ici là elle aura démissionné)

 

Je savais que ça allait fermer, mais je ne savais pas quand. J’ai enfin eu un semblant de réponse, mais même là, comme toujours c’est pas très clair.

 

Poya4

 

Pour la fermeture de la caserne, ils disent 2020. Donc ça laisse 7 ans.

Le problème c’est qu’ils doivent construire des nouveaux bâtiments dans l’autre caserne pour loger notre école.

 

Donc déjà là, la logique, de fermer un truc pour construire ailleurs me semble illogique justement. Ils ont débloqué un crédit de 50 millions pour la nouvelle construction.

Je ne suis pas dans les chiffres, mais cette logique là est juste incroyable…..50 millions, j’hallucine……

 

Le 2ème point qui me fait douter que nous fermons qu’en 2020 est qu’ils veulent fermer les places d’exercices de notre école en 2017.

Poya 1

 

Une école de recrue sans places d’exercices n’a aucun sens, n’a pas lieu d’être.

Donc moi je me dis qu’ils vont stocker nos gars quelque part les uns sur les autres, dans les baraquements, en attendant la nouvelle construction.

 

Alors d’un côté ils veulent faire des économies, de l’autre ils débloquent des crédits…… Allez comprendre……

 

Enfin bref, de mon côté, il nous a dit qu’il n’y aurait pas de licenciements. Je n’y crois pas à 100%, mais en tous les cas j’ai 3 ans devant moi pour voir venir et me retourner.

 

Mon chef est gentil, il m’a appelé aujourd’hui pour avoir des nouvelles et a essayé de me rassurer. Le médecin chef de notre région pareil. Donc c’est vraiment sympa, même si eux aussi ont les mains liées et ne font que suivre les décisions de plus haut.

 

Je ne me sens pas mal, je ne me sens pas inquiète. Je n’ai pas de lien affectif avec ce lieu de travail. Ce n’est pas comme à l’hôpital ou on crée un lien avec l’équipe soignante. Là c’est plutôt un peu la guerre tous les jours pour des âneries, pour des broutilles avec les militaires. Notre personnel change toutes les 3 semaines, donc c’est difficile de créer un lien.

 

Ce qui est positif dans cette histoire c’est que, quand je serai vraiment vieille, je pourrai raconter que j’ai participé activement au réaménagement et à la restructuration de notre armée suisse.